Title Image

ACTUALITES

Cafeteria du centre Pierre Potier, lieu de rencontre informel et efficace

Catalyseur de valorisation

  |   Lettre d'information

 

Concrétiser une innovation, faire rimer recherche et valorisation, peut à première vue paraître compliqué… Inventeurs, conseillers ou même fondateurs d’entreprise : ces chercheurs accueillis à l’ITAV ont pourtant choisi d’emprunter cette voie. Cette structure originale, « outil » au service de la communauté scientifique, poursuit son objectif : que ce soit par la maturation d’une idée, l’exploitation d’un brevet ou par la création d’entreprise : ouvrir la voie de la valorisation de la recherche. Bilan & perspectives d’un modèle rare…

 


Imager en profondeur

 

« Nous accueillons des équipes de chercheurs dont les projets ont un fort potentiel de valorisation afin de passer de l’idée à la concrétisation… » débute Bernard Ducommun, directeur de l’ITAV avant d’ajouter : « Notre sommes localisés au Centre Pierre Potier, bâtiment de Toulouse Métropole, hébergeant également une pépinière d’entreprises. Mettre en contact permanent entrepreneurs et chercheurs apporte à ces derniers ce qu’ils n’ont pas reçu au cours de leurs carrières universitaires : comprendre le monde de l’entreprise et réaliser l’intérêt des travaux de R&D. »

 

Si l’amalgame et l’émulsion de points de vues complémentaires constituent un puissant catalyseur du progrès scientifique ; la valorisation de la recherche ne fait logiquement pas exception à la règle. Pour preuve, cet entendement réciproque entre académiques et entrepreneurs a déjà mené à de belles réussites. Programmes de maturation (cf. newsletter Syntivia/Itav), collaborations ou créations d’entreprises (NeoVirTech, Theraxen, Imactiv-3D) constituent autant d’illustrations de chercheurs qui ont, chacun à leur manière, « passé le cap » et expérimenter la valorisation de la recherche.

« La création d’entreprise n’est pas la seule solution permettant de valoriser une découverte ou une innovation et nombre de chercheurs ne souhaitent d’ailleurs pas devenir dirigeants d’entreprise » ajoute Bernard. La position de collaborateurs scientifiques permet ainsi de s’essayer à « un dialogue, une aventure aussi enrichissante sur le plan personnel que professionnel » explique pour sa part Valérie Lobjois, dont les travaux ont présidé à la création de la société Imactiv-3D.

 

Une certitude cependant demeure pour le directeur de cet institut : « Il faut aider les chercheurs à murir leurs projets d’innovation, en valorisant leurs découvertes et en les confrontant aux besoins du marché, à transférer leurs brevets vers le privé ou pourquoi pas à créer leur entreprise. C’est tout l’enjeu des années à venir : que les inventions porteuses d’un impact sociétal ne restent pas dans les laboratoires. »

 


Votre équipe projet accueillie à l’ITAV en 6 points.

  • Un projet à fort potentiel de valorisation
  • Un rattachement administratif à votre laboratoire d’origine et un accueil pour 4 ans au sein de l’ITAV,
  • Un environnement de laboratoire et d’outils, pour certains uniques,
  • Un accompagnement par des experts de programmes de maturation,
  • Un environnement scientifique en plein essor, au sein de l’Oncopole.
  • Une interaction constante avec de jeunes entreprises
  • Postuler en tant qu’équipe-projet

 

 


Témoignages


 

Bernard Ducommun, directeur de l’ITAV

 

Par la participation à un contrat de maturation

 

 

“C’est à l’origine, la rencontre avec Philippe Bedos, le directeur de SYNTIVIA qui a provoqué l’émergence de cette idée : les sphéroïdes que nous employions alors essentiellement pour de la recherche en biologie, pouvaient avoir une application pour cette entreprise de cosmétologie.

Toulouse Tech Transfer (TTT) qui a soutenu le projet a apporté une réponse aux difficultés, d’abord matérielles, de mise en œuvre. Leur accompagnement consistait à la fois en des financements, une ingénieure ayant été embauchée, et en une gestion de projet précise et nécessairement différente de ce que nous avions l’habitude de faire dans la recherche. Ce projet s’est révélé être un réel succès avec, à la clé, un brevet conjoint et une exploitation des plus prometteuses…”

 

 

 


 

Valérie lobjois Valérie Lobjois, co-responsable d’équipe

 

Par le transfert vers l’entreprise

 

 

“Je suis Maitre de Conférences et conseillère scientifique de la société Imactiv-3D. L’accord de la commission de déontologie clarifie mon activité d’un point de vue administratif et éthique. L’université m’accorde ainsi la possibilité de consacrer une partie de mon temps à une société valorisant une part de mes travaux de recherche.

Je ne souhaitais pas changer de métier pour devenir chef d’entreprise. La création d’Imactiv-3D a été possible grâce à la rencontre avec une personne capable de porter le projet de société. Ensuite, dans un contexte différent de l’ITAV, je ne sais si j’en aurais eu l’idée, l’envie même, de me lancer dans cette démarche. La proximité des entreprises, quand on entend parler de valorisation, la rencontre avec TTT… S’impliquer dans un projet scientifique avec l’objectif de déboucher sur un produit ou un service, bien que ce ne soit pas de la recherche fondamentale, est très enrichissant. Nous ne sommes pas formés pour identifier les projets pouvant donner lieu à valorisation. Si la pression à la publication est toujours là, on montre ici qu’il y a d’autres opportunités… “

 

 


 

Franck Gallardo, CEO NeoVirTech

 

Par la création d’entreprise

 

 

“En post-doc dans l’équipe de Kerstin Bystricky, au LBME, nous avons découvert une technique pour visualiser l’ADN dans les cellules vivantes. Comme cette technologie avait des applications industrielles, nous avons donc cherché un centre qui réunisse les différentes ressources nécessaires à la maturation technologique.

L’ITAV, avec ses plateformes, était parfait. Les interactions avec les chefs d’entreprises de la pépinière ont de plus été déterminantes de par leurs nombreux conseils. Au final, nous avons eu des résultats exceptionnels : nous sommes aujourd’hui les seuls à pouvoir visualiser l’infection et la réplication virale en temps réel au sein de cellules vivantes. Quant à l’équipe-projet initiale, elle existe toujours et nos expériences nous profitent mutuellement. Si j’avais été localisé ailleurs, je ne me serais jamais autant impliqué dans un programme fondamental. D’un autre côté, si je n’investis pas sur la recherche amont je n’aurai pas de publications, donc de crédibilité. L’équilibre dont je dispose ici est un atout. Avec ces aides, NVT double son CA tous les ans et compte désormais 4 personnes… “